L’Unicef recherche quatre (04) consultants nationaux en charge de l’analyse des risques et des impacts centrés sur l’enfant pour un développement pacifique et résilient, Niger

L’Unicef recherche quatre (04) consultants nationaux en charge de l’analyse des risques et des impacts centrés sur l’enfant pour un développement pacifique et résilient, Niger

 

 

 

Job no : 541533

Contract type : Consultancy

Level : Consultancy

Location : Niger

Categories : Monitoring and Evaluation

 

 

Postuler ici

 

 

UNICEF travaille dans certains des endroits les plus difficiles du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés du monde. Pour sauver leur vie. Pour défendre leurs droits. Pour les aider à réaliser leur potentiel.

Dans 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, partout, chaque jour, pour construire un monde meilleur pour tous.

Et nous n’abandonnons jamais.

 

Pour chaque enfant, de l’espoir :

Partout dans le monde, les crises se multiplient et se complexifient ; elles durent plus longtemps et touchent davantage d’enfants que jamais auparavant. Le Niger possède l’une des populations les plus dynamiques et les plus jeunes du monde. Le pays est affecté par des urgences chroniques, récurrentes et soudaines, qui sont aggravées par des vulnérabilités multidimensionnelles, des chocs climatiques et des conflits mais également les épidémies (COVID-19, Rougeole, cholera…).

Dans ce contexte, le gouvernement du Niger met de plus en plus l’accent sur les approches multisectorielles, qui peuvent être utilisées pour faire face aux situations d’urgence récurrentes et adresser les causes profondes, en misant sur la prise en compte et l’atténuation des risques ainsi que l’amélioration de la préparation dans la perspective de renforcer la résilience des communautés et des systèmes qui les entoure.

Cette programmation basée sur la prise en compte des risques pour renforcer la résilience des communautés et des systèmes face aux chocs et aux stress requiert une solide analyse des risques les menaçant, et exige un engagement proactif du gouvernement, de l’ensemble des partenaires impliqués dans la conception et la mise en œuvre des programmes, ainsi que des communautés notamment les adolescents, les jeunes, les femmes et les leaders locaux.

Pour l’UNICEF, la prise en compte des risques dans les programmes est axée sur l’enfance. Grâce à une approche fondée sur les droits de l’homme en matière de programmation, l’UNICEF encourage ses partenaires nationaux et parties prenantes non seulement à tenir compte des changements nécessaires pour faire progresser la réalisation des droits de l’enfant, mais aussi à réfléchir sur la manière de protéger ces acquis des effets négatifs des chocs et des stress.

Les recommandations de l’UNICEF relatives à la prise en compte des risques dans la planification (GRIP) offrent un ensemble de modules généraux et spécifiques à certains secteurs, qui proposent une méthodologie permettant de réaliser une analyse des risques et de l’impact des catastrophes centrée sur l’enfant et les services sociaux de base et de conduire un processus collaboratif impliquant de multiples acteurs de la protection des droits de l’enfant (y compris des enfants, des adolescents et des jeunes), pour concevoir ou adapter les programmes en vue de favoriser la réduction des risques, la résilience et la paix.

Le processus d’analyse des risques et impacts axée sur les enfants se déroule en quatre phases à savoir :

  • Préparation : Définition de l’objectifs et de la portée de l’analyse ainsi que de son calendrier, de ses partie-prenantes, de ses structures de gouvernance et de son budget ;
  • Évaluation : Mise à jour des données et des informations pertinentes afin d’apprécier le degré d’exposition des enfants (et des principaux systèmes qui les soutiennent) à différents chocs et stress, leur impact, ainsi que les vulnérabilités et les capacités existantes qui concourent à accroître ou réduire le risque de crise ;
  • Analyse : Examen des raisons pour lesquelles les risques mis en évidence se produisent et résultent en catastrophes, des acteurs chargés d’y remédier, et des capacités dont disposent ou non ces derniers à cet effet ;
  • Validation : Approbation de l’analyse en liaison avec les partenaires, diffusion, utilisation dans les planifications et programmations.

L’analyse des risques axée sur les enfants est un exercice inclusif, participatif, fédérateur pouvant être soutenu par des analyses complémentaires plus spécifiques. Au Niger, l’exercice sera déroulé tel un chapeau, une étude centrale, avec des chapitres dédiés à deux analyses approfondies à savoir : (i) analyse des conflits, et (ii) analyse de la situation climatique pour les enfants (CLAC) (tendances des changements climatiques, impact sur les enfants, actions menées par le gouvernement et d’autres partenaires pour s’engager dans l’atténuation de l’impact). Par ailleurs pour prendre avantage des spécificités régionales, l’exercice sera enrichi de la perspective des régions du pays, notamment Diffa, Maradi/Zinder, Tahoua/Agadez, Tillaberi/Dosso pour lesquelles un zoom sera fait. Des consultations avec des enfants sont prévues pour enrichir l’analyse.

 

Les objectifs de la consultation :

1. Cartographie des acteurs, projets et programmes sur la question des risques multisectorielle et de l’impact sur communautés et les systèmes [mi – mai 2021] :

Il s’agit d’une analyse (10 à 15 pages maximum) basée sur une revue bibliographique et discussion avec des acteurs clés permettant de (i) dresser la liste de tous les acteurs, projets et programmes, documents stratégiques ayant trait à la question des risques dans l’une des régions Diffa, Maradi/Zinder, Tahoua/Agadez, Tillaberi/Dosso sur les 3 dernières années ; (ii) faire une synthèse succinct de l’état de fonctionnement et des leçons apprises de ces précédentes interventions ou dispositions institutionnels au niveau des communes et des régions ; (iii) faire une analyse concise de la prise en compte des questions de risques dans les documents de programmation, la compréhension des acteurs par rapport à ces questions et les perspectives futures de l’une de ces et de leurs communes.

2. Analyse des risques, des conflits et des impacts multi-aléas sur l’une des quatre régions à savoir Diffa, Maradi/Zinder, Tahoua/Agadez, Tillaberi/Dosso [fin-mai 2021] :

En tenant compte des spécificités des risques auxquels sont confrontées les différentes communes et départements d’une des régions ci-dessus mentionnées, le consultant national, réalisera une analyse multisectorielle des risques et de l’impact sur les enfants au niveau régional – prenant en compte les multiples chocs et stress, les causes des conflits, les acteurs et les dynamiques affectant directement et indirectement les enfants et les femmes. Cette analyse régionale (rapport d' »analyse pré-atelier ») révèlera l’exposition des enfants et des systèmes de prestation de services sociaux à divers risques, leurs vulnérabilités et leurs capacités de résilience, tant au niveau communautaire que communal et régional. Cette analyse prendra en compte les risques naturels et d’origine humaine, y compris les épidémies, les conflits et la violence armée, en tenant compte des dynamiques sociales, politiques et économiques en cours qui présentent des défis pour la cohésion sociale. Le rapport présentera une étude systématique du contexte, des causes, des parties prenantes, de la dynamique et des capacités de paix des conflits. Il intégrera les perspectives des adolescents et des jeunes et sera sensible au genre.

3. Atelier régional de programmation sensible aux conflits et tenant compte des risques [fin mai 2021] :

Organiser un atelier régional de 2 jours sur la programmation tenant compte des risques afin d’approfondir, enrichir et de valider l’analyse multisectorielle des risques, des conflits et de l’impact sur les enfants et d’identifier les options permettant d’adapter les programmes afin d’atténuer l’impact des chocs et des tensions et de s’attaquer à leurs causes profondes. À cette fin, le consultant contribuera en appui aux directions régionales du développement communautaire & aménagement du territoire à la planification/ organisation, à la facilitation, de l’atelier régional ainsi qu’à la rédaction d’un rapport après avoir approfondi les analyses et favorisé une compréhension commune des questions clés. L’atelier contribuera ainsi à l’élaboration de contributions spécifiques pour faire face aux risques et aux défis réels pour la réalisation et le maintien des droits de l’enfant en raison de divers risques naturels et d’origine humaine.
Les consultantants nationaux devront collaborer avec les entités étatiques assurant le leadership, un consultant international et l’équipe technique de l’UNICEF pour nourrir à partir des éléments spécifiques du niveau régional, un atelier national de programmation sensible aux conflits et tenant compte des risques.

4. Analyse des risques et de l’impact sur les enfants (CRIA) [avant mi-juin 2021] :

En intégrant des preuves et des contributions supplémentaires pour l’adaptation du programme reçues au cours de l’atelier régional de programmation sensible aux conflits et tenant compte des risques, le consultant national finalisera le rapport d' »analyse pré-atelier » pour avoir un rapport d’analyse des risques, des conflits et de l’impact sur les enfants. Ce rapport fournira des détails sur les risques, l’impact observé et attendu des dangers, les causes des conflits, les acteurs, la dynamique et les capacités de paix et inclura en annexe des propositions d’adaptation des programmes gouvernementaux concernés par les droits de l’enfant pour renforcer la résilience et la cohésion sociale et maintenir la prestation de services tout en réduisant l’impact direct des dangers sur les enfants, en réduisant délibérément le risque de crises humanitaires ou d’aggravation des privations. Le document produira des points d’action spécifiques pour s’assurer que les programmes de la région soutenus par l’UNICEF et de ses partenaires sont de plus en plus informés des risques, sensibles aux conflits et contribuent à la résilience et à la cohésion sociale. Il permettra également de fournir des recommandations pour informer les Plans de Développement Communaux (PDC) des communes cibles et le Plan de Développement Régional (PDR) de chacune des régions mais aussi les documents d’autres acteurs impliqués dans l’appui aux efforts du gouvernement du Niger dans des secteurs spécifiques.

 

Comment est-ce que vous pouvez faire une différence…

  • Cartographier les parties prenantes, initiatives, acteurs, projets et programmes ayant trait à l’analyse des risques ;
  • Réaliser une revue bibliographique des analyses existantes des dangers, des risques, de l’impact et des conflits menées par le gouvernement du Niger, les agences des Nations Unies, les ONGs ou toutes autre institution, ainsi que d’autres documents pertinents liés au contexte du pays ;
  • Sur la base de l’examen initial de la littérature existante et la cartographie des parties prenantes et projets/programmes produire un rapport initial succinct ;
  • Organiser des discussions de groupe avec les acteurs clés, y compris les enfants, les adolescents et les jeunes, afin de recueillir des preuves supplémentaires et les perceptions locales des différentes parties prenantes ;
  • Contribuer à la planification et l’organisation d’un atelier régional de programmation sensible aux conflits et tenant compte des risques ;
  • Produire à la suite de l’atelier un rapport enrichi d’analyse des risques, des conflits et de l’impact centré sur l’enfant, qui fournira des détails sur les risques, l’impact observé et attendu des dangers, les causes des conflits, les acteurs, la dynamique et les capacités de paix et inclura en annexe des propositions d’adaptation des programmes gouvernementaux concernés par les droits de l’enfant pour renforcer la résilience et la cohésion sociale. Ce rapport comportera des recommandations clés et points d’action spécifiques pour informer: (i) les revues intersectorielles des programmes soutenus par l’UNICEF au niveau régional et s’assurer que ceux-ci tiennent de plus compte des risques, sont sensibles aux conflits et contribuent à la résilience et à la cohésion sociale ; (ii) le Plan de Développement Régional (PDR) de chacune des régions, et (iii) les Plans de Développement Communaux (PDC) des communes ;
  • Contribuer à l’atelier national et au rapport final de l’analyse des risques, des conflits et de l’impact sur les enfants (CRIA) et s’assurer que les perspectives et spécificités régionales sont mises en valeur.

Méthodologie :

  • Revue bibliographique, revue des projet et programmes lié à la prise en compte des risques ;
  • Focus groupe avec les acteurs clés régionaux ;
  • Entretiens approfondis avec les acteurs spécifiques y inclus des enfants.

Durée de la consultation : la consultation est prévue pour une durée de 20 jours (ouvrables).

Supervision : sous le leadership général du comité technique de l’étude, les Consultants travailleront sous la supervision directe du chef de section PME en étroite collaboration avec le conseiller principal résilience. Ils/elles travailleront au sein d’une équipe de 4 consultants nationaux chacun focalisé sur l’une des régions Diffa, Maradi/Zinder, Tahoua/Agadez, Tillaberi/Dosso sous la coordination d’un consultant international.

Voyage : en fonction de son lieu d’affectation, le consultant devra maintenir une présence très régulière dans la région parmi les quatre ci-après qui sera le focus de son étude (Diffa, Maradi/Zinder, Tahoua/Agadez, Tillaberi/Dosso ).
Lieux d’affectation : Diffa, Maradi/Zinder, Tahoua/Agadez, Tillaberi/Dosso. Les candidats doivent donc indiquer dans la lettre de motivation les zones d’affectations par ordre de priorité.

Conditions de travail : le paiement sera effectué après soumission et acceptation des produits livrables spécifiés et présentation d’une facture selon le calendrier de paiement suivant :

  • 15% à la soumission de la cartographie des parties prenantes, initiatives, acteurs, projets et programmes ayant trait à l’analyse des risques ;
  • 15 % à l’issue de la revue documentaire et de la soumission du rapport d’analyse pré-atelier ;
  • 30% à l’issue de l’atelier régional de programmation sensible aux conflits et tenant compte des risques (y compris le rapport d’atelier) ;
  • 40 % lors de la soumission et de la validation de l’analyse des risques et de l’impact sur les enfants (CRIA).

 

En tant que défenseur pour chaque enfant, vous devrez avoir…

  • Avoir au minimum un diplôme de Maîtrise en sciences sociales, gestion, sciences de la terre ou ingénierie ou autre domaine pertinent avec des connaissances spécialisées et une expérience de la programmation de la réduction des risques de catastrophe (RRC) et du changement climatique ;
  • Un minimum de cinq ans d’expérience professionnelle pertinente dans le domaine du développement international et/ou de la RRC et/ou des programmes sensibles aux conflits, avec un accent sur les contextes à haut risque. Une expérience pertinente de travail avec des partenaires gouvernementaux nationaux/régionaux impliqués dans des initiatives de réduction des risques de catastrophes et de changement climatique est souhaitable, en particulier dans la conception, la planification et la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation ou l’administration de programmes ;
  • Excellente compréhension des concepts, cadres normatifs et autres outils de réduction des risques de catastrophes/adaptation au changement climatique et/ou de sensibilité aux conflits et de consolidation de la paix, ainsi que de leur application dans les pays à haut risque ;
  • Connaissance du contexte humanitaire au Niger, spécifiquement le domaine d’intervention axés sur les enfants et les femmes. Connaissance du principe de parité et d’égalité des sexes, et de la position et des approches actuelles de l’UNICEF ;
  • Excellentes compétences en matière de recherche et d’analyse appliquées dans les domaines du risque, de la résilience, de la fragilité ou du conflit ;
  • Excellentes compétences en matière de communication, y compris une capacité avérée à mener des actions de sensibilisation multisectorielles pour obtenir des résultats ;
  • Excellentes compétences en matière de rédaction globale et de rapports ;
  • Excellentes compétences en matière de présentation, avec une expérience préalable dans le domaine de la formation et du renforcement des capacités, ce qui constitue un atout ;
  • Excellentes compétences organisationnelles et capacité avérée à travailler dans des délais serrés ;
  • Capacité avérée à travailler en équipe et dans un environnement interculturel, avec une supervision minimale ;
  • Enthousiasme et engagement pour le travail de développement ;
  • Excellente maîtrise du français, connaissance des langues locales et connaissances pratique de l’anglais (écrit) ;
  • Une expérience de travail pour l’ONU et l’UNICEF et son engagement dans les domaines de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène, de l’éducation, de la nutrition, de la santé et de la protection de l’enfance, de la protection sociale et autres est un atout
  • Excellentes compétences informatiques (logiciels d’application MS-Office (MS Word, Excel, Power Point).

NB : UNICEF est engagé à promouvoir la diversité et l’inclusion au sein de son personnel, et encourage fortement les candidatures féminines et masculines de toutes origines nationales, ethniques et religieuses, y compris les personnes vivant avec un handicap, de postuler.

UNICEF applique la politique de tolérance zéro à l’égard de l’abus et de l’exploitation sexuels, ainsi que de tout autre type de harcèlement, y compris le harcèlement sexuel et la discrimination. Tout candidat considéré pour un recrutement fera l’objet d’une vérification rigoureuse des références et des antécédents.

Seuls(es) les candidats(es) présélectionnés(es) seront contactés.

Deadline : 01 Nov 2021 W. Central Africa Standard Time.

Postuler ici