Mission de consultance MEAL HI Tchad : renforcement de la maîtrise de la qualité de nos projets et de notre redevabilité

 Termes de référence Réf. : DAS-HITCHAD-19-NDJ-406/407

 

Présentation de la mission

Intitulé de l’étude : 

Consultance MEAL HI Tchad : renforcement de la maîtrise de la qualité de nos projets et de notre redevabilité

Programme Humanité & Inclusion : Tchad

Objectif de la prestation :

La prestation a pour objectif principal de s’assurer que HI Tchad maîtrise les outils appropriés permettant de collecter des données pour renforcer la qualité de notre réponse aux engagements contractuels auprès des bailleurs de fonds, pour prendre des décisions opérationnelles adaptées, pour renforcer la maîtrise de la qualité de nos projets, pour améliorer notre redevabilité. Il s’agit donc de fournir un audit des pratiques actuelles et de livrer des recommandations quant à un plan de structuration du service sur l’année 2020.

Durée de la mission :3 mois
Période de la mission A partir du 15 novembre 2019
Localisation de la mission :Tchad (N’Djamena, Bol, Faya)
Dernière mise à jour des termes de référence :16 octobre 2019
Auteur des termes de référence :Clovis BATTAGLIA, Coordinateur Opérationnel HI Tchad
TdR validés par : Perrine LAISSUS BENOIST, Responsable Programmes Adjointe HI Lyon

Présentation du contexte :

Contexte :

Le Tchad est un pays enclavé situé entre le Maghreb et l’Afrique noire. Avec un taux de croissance démographique annuelle estimé à 3,6%, sa population avoisine 15,1 millions d’habitants  en 2018 dont 21,9% vit en milieu urbain. Les femmes représentent 50,7% de la population. Administrativement, il est organisé en 23 provinces et il reste un pays post conflit, exposé à des crises sécuritaires répétitives, dont la nébuleuse Boko Haram, avec ses corolaires de réfugiés et déplacés, et des catastrophes naturelles que sont la sécheresse prolongée, l’érosion éolienne et les inondations. Le Tchad présente des indicateurs sociaux très bas. Il occupe le 186ème rang sur 188 en termes d’indice de développement humain (IDH) en 2015, avec un indice de 0,39 . Selon une enquête menée par ECOSIT (Enquête sur la Consommation et le Secteur Informel au Tchad) en 2012, « moins de la moitié de la population tchadienne (46,7%) vit dans un état de pauvreté monétaire extrême au seuil journalier de dépenses de consommation égal à environ 625 francs CFA (1,25 USD), contre 55% en 2003, avec un écart considérable entre le milieu urbain et le milieu rural : 25% contre 59%.

En matière d’éducation, le français et l’arabe littéraire sont deux langues officielles utilisées par le système éducatif dans l’enseignement formel. Le pays compte plus de 120 langues nationales dont une quinzaine est utilisée dans l’enseignement non formel. Les indicateurs sont peu reluisants pour le Tchad : d’après le Rapport sur le secteur éducatif de 2017, moins d’un quart de la population adulte de 15 ans et plus (22%) est alphabétisée. Ce taux classe le Tchad parmi les pays les plus faibles du continent africain et du monde. Le taux général d’achèvement du primaire est de 45,05% en 2015-2016, mais pour la Province du Lac (zone d’intervention du projet), moins de 10% des enfants achève le cycle primaire. Les données en provenance de la Délégation Provinciale à l’Enseignement et à la Jeunesse du Lac font état d’un certain élan en termes d’amélioration du taux de scolarisation : la population scolaire est passée de 45.832 élèves (dont 16.990 filles) en 2016 à 86.676 élèves (dont 35.826 filles) en 2018, grâce aux efforts soutenus des autorités scolaires et des partenaires. Malgré cela, les enfants handicapés et les enfants ayant des besoins spécifiques sont peu visibles dans les écoles. Cela justifie le taux d’analphabétisme des membres de l’Association d’entraide des personnes handicapées du Lac : sur 158 membres que compte cette OPH, plus de 95% seraient analphabètes, d’après son Président.

L’UNESCO estime que moins de 10% des enfants handicapés ont accès à une éducation de qualité.  En dehors des initiatives ponctuelles portées par des centres spécialisés ou par des ONG comme Humanité & Inclusion, peu d’attention est portée sur l’éducation des enfants handicapés au Tchad. Par conséquent, il n’existe pas de statistiques officielles qui font état du degré de leur scolarisation dans les écoles au niveau national. Comme dans beaucoup d’autres pays, les enfants handicapés au Tchad vivent une situation de discrimination et d’exclusion, particulièrement en ce qui concerne leur accès à l’éducation. Le manque de sensibilisation des parents allié à l’extrême pauvreté des ménages constitue un des déterminants de la non-scolarisation des enfants handicapés ou de leur abandon scolaire, s’ajoutant au manque de soins médicaux ou d’aides techniques à la mobilité dans un contexte géographique sablonneux hostile.  En matière de scolarisation des enfants handicapés, les données partielles dont nous disposons sont en lien direct avec les interventions du Projet Education Inclusive d’HI dans la province du Lac Tchad. Le taux de scolarisation des EH est de 1% dans les écoles primaires formelles. Ce taux révèle que les enfants handicapés sont quasi invisibles dans les écoles primaires. Cette année, le Tchad est devenu pays membre de la Convention internationale relative aux Droits des Personnes Handicapées (CDPH) grâce à un accompagnement fort d’HI aux OPH tchadiennes qui a permis de développer leur plaidoyer durant ces dernières années. Cette avancée devrait créer un contexte plus favorable à l’épanouissement des personnes handicapées et à la scolarisation de plus d’enfants et de jeunes handicapés.

Présentation du Programme Handicap International :

HI est présent au Tchad de façon discontinue depuis les années 1990. HI intervient à N’Djamena et dans le Borkou (Nord), le Ouaddaï (Est), et le Lac Tchad (Ouest). Les principaux secteurs d’intervention actuels et en lancement sont les suivants :

  • L’action contre les mines incluant les enquêtes non techniques et techniques, l’éducation aux risques, le déminage, la dépollution, l’innovation ;
  • L’assistance aux victimes des mines, restes explosifs de guerre (REG) et engins explosifs improvisés (EEI), personnes handicapées et autres personnes vulnérables ;
  • La réadaptation physique ;
  • Appui à des Organisations des Personnes Handicapées ;
  • L’éducation inclusive ;
  • L’insertion socio-économique des ménages les plus vulnérables notamment à travers le développement d’AGR, et la formation professionnelle ;
  • Le développement local inclusif et l’appui à la solidarité communautaire.

Les projets HI mis en œuvre au Tchad sont actuellement financés par l’Union Européenne (ECHO), l’AFD, la Coopération suisse (DDC), le CDCS et la DGD.

La stratégie de HI dans le pays pour 2019-2021 est de poursuivre le développement du Programme à la fois en termes de réponses d’urgence et mais surtout de projets de développement, dans une logique de nexus permettant la superposition forte des approches selon les besoins du contexte, ceci en s’appuyant sur ses « cœurs de métier » (l’assistance aux personnes vulnérables dont les personnes handicapées, l’inclusion, l’action contre les mines, la réadaptation physique…) tout en étendant son panel de secteurs pour répondre aux besoins réels et en cherchant des solutions innovantes et pérennes pour le développement socio-économique des plus vulnérables au Tchad.

 

Objectifs et résultats attendus de la mission :

 La prestation a pour objectif principal de s’assurer que HI Tchad maîtrise les outils appropriés permettant de collecter des données pour renforcer la qualité de notre réponse aux engagements contractuels auprès des bailleurs de fonds, pour prendre des décisions opérationnelles adaptées, pour renforcer la maîtrise de la qualité de nos projets, pour améliorer notre redevabilité.

Objectifs spécifiques et livrables corrélés :

Objectif 1 : Orientation stratégique par la définition du plan d’action MEAL de la mission jusqu’à fin 2020 :

  • Sur base de l’analyse de la situation actuelle, définir un plan d’action MEAL pour la mise en place des différents systèmes niveau programme jusqu’à fin 2020, avec un focus par secteur cible selon la stratégie opérationnelle pays ;
  • Mettre en place les outils MEAL permettant d’assurer les besoins minimums de la mission en cas d’absence prolongée du responsable du département.

Livrables 1 : Plan d’action, Outils MEAL mis en place (TdR, modalités méthodologiques, modalités et outils d’exploitation et de suivi).

Objectif 2 : Mise en place du système de suivi-évaluation (incluant la définition d’indicateurs internes) et du système d’information sur le programme :

  • Travailler avec les Chefs de projet sur leur plan de suivi-évaluation, incluant notamment les baselines / endlines, enquêtes, évaluations, afin de renforcer durablement la qualité des projets ;
  • En lien avec les chefs de projets, définir des indicateurs internes qualitatifs, les intégrer dans les outils de gestion de projet ;
  • Assurer l’intégration des problématiques transversales mission telles que genre, ne pas nuire, également en lien avec l’inclusion, le marqueur âge/genre/handicap ;
  • Contribuer aux TdRs d’enquêtes de suivi des projets en lien avec les chefs de projet et la coordination ;
  • Un travail sur la mise en place d’indicateurs de qualité interne cross services pourra être également réalisé ;
  • Mise en œuvre d’un plan de transition vers l’utilisation de Survey CTO, outil de collecte de données mobile.

Livrables 2 : Plans de suivi-évaluation actualisés pour l’ensemble des projets, outil de suivi MEAL créé avec recommandations et incluant le référentiel qualité au-delà des engagements contractuels.

Objectif 3 : Redevabilité et Mécanisme de Gestion des Plaintes :

  • Sur base du travail existant, finaliser la mise en œuvre du MGP et la formation des points focaux HI qui participeront aux formations de recyclage des comités des plaintes ;
  • Mettre en place un système de hiérarchisation/communication/gestion des plaintes, en lien avec la PSEA et le département RH

Livrables 3 : MGP créé et procédures liées.

Le consultant accepte que HI puisse reproduire les propositions méthodologiques et utiliser les outils mis au point dans des contextes ou des projets différents.

 

Profil recherché :

Le candidat à cette mission doit présenter les qualifications, compétences et expériences suivantes, dûment référencées :

  • Diplôme de niveau master (BAC+5) dans un domaine lié à la mission ;
  • Au moins 3 ans d’expérience dans le département MEAL d’une ONG internationale ;
  • Maîtrise de la mise en place de systèmes MEAL et expériences en gestion d’équipe, formation et renforcement des capacités ;
  • Expertise technique (outils IT, gestion des bases de données, collecte mobile…) prouvée ;
  • Expérience dans la mise en place de mécanismes de gestion des plaintes et retours bénéficiaires ;
  • Expérience dans la mise en œuvre d’outils/formations MEAL adaptés à un contexte sécuritaire volatile et pour des populations en situation de grande vulnérabilité ;
  • Compétences en animation de formation, mise en œuvre d’enquêtes quali/quanti, baselines/endlines, études et évaluations ;
  • Savoir-être : adaptabilité, bon sens et humour sont de bons atouts ;
  • professionnel indépendant mais avec la capacité de travailler en équipe et dans un contexte multiculturel (empathie, attitude positive, sens de l’humour, diplomatie et négociation).

 

Agenda/planning :

Calendrier et budget :

La prestation est prévue pour une durée de trois mois au Tchad. Si souhaité il est envisageable que les activités soient fortement réduites voire suspendues pour les fêtes de fin d’année : cela doit apparaitre clairement dans l’offre financière et le planning proposé.

Le budget qui sera présenté dans l’offre financière doit être conçu TTC et inclure les frais de visa, de billets d’avion, de per diem, etc. L’hébergement sera pris en charge par HI dans sa Guesthouse.

Formalités administratives/sécuritaires :

Le contrat proposé sera un contrat de service conformément aux procédures HI. Le consultant est entièrement responsable de tous les coûts liés à la consultance (visa, voyage, assurances, per diem, etc.), sauf pour le transport entre le bureau national, les bases et les zones d’intervention des projets (assuré par HI), et l’hébergement (pris en charge par HI). Les normes sécuritaires de HI Tchad devront impérativement être respectées.

Le paiement sera effectué par virement bancaire et basé sur deux factures émises par le consultant à la répartition suivante :

  • 50% du montant total à la réception du protocole définitif de la mission ;
  • 50% du montant global à l’acceptation finale du rapport de fin de mission.

Mécanismes de communication et de suivi entre le consultant et HI

Toute communication avant et pendant la prestation passera par Clovis BATTAGLIA, coordinateur des opérations pour HI Tchad : [email protected]

 

Procédure de candidature :

Les candidatures doivent inclure :

Pour le consultant :

  • Un curriculum vitae (formation, expérience dans les domaines susmentionnés, liste des principales publications) ;
  • Des références ;
  • Une lettre de motivation.

Une proposition technique :

  • Une proposition méthodologique de réalisation de la prestation mettant au moins en évidence : la bonne compréhension des objectifs présentés, une présentation du cadre méthodologique qui sera mis en œuvre, des suggestions/recommandations basées sur l’expérience des candidats ;
  • Un calendrier précisant clairement les activités et la production des livrables.

Une proposition financière indiquant au moins les frais de consultance et les coûts opérationnels de l’étude (déplacements, hébergement, enquêteurs journaliers si nécessaire, rémunération des interprètes si nécessaire, logiciels…).

Veuillez adresser tous les documents requis avant le 03/11/2019 à Clovis BATTAGLIA ([email protected])  avec en copie Perrine LAISSUS BENOIST ([email protected]) et Lucas BAUSSAN ([email protected]).

NB : Handicap International est engagé dans la protection des personnes et la prévention des abus. Le consultant sélectionné devra s’engager à adhérer et respecter les politiques éthiques HI de protection de l’enfance, de protection des bénéficiaires contre l’exploitation et les abus sexuels et son code de conduite : prévention des abus & protection des personnes.

La sélection des candidats se fera au sein d’une commission composée de représentants de HI au plus tard le 08 novembre. La commission susnommée permettra de définir, en temps voulu, les critères de sélection et une échelle de classement des candidats.