CV 1959 | Recruteurs 272 | Offres 30307

Recherche par poste

Recherche par curriculum

Publiez une offre / Post a job

Termes de référence pour le recrutement d’un ingénieur conseil en charge des études et la supervision associées à la densification et l’exploitation du réseau de distribution de N’Djamena, Gueledeng et Bongor (Tchad)

Accueil » Offres » Avis d'appel d'offres » Termes de référence pour le recrutement d’un ingénieur conseil en charge des études et la supervision associées à la densification et l’exploitation du réseau de distribution de N’Djamena, Gueledeng et Bongor (Tchad)
Application Android TchadCarriere

Publiez votre CV et recevez directement les offres de votre profil par email

Termes de référence pour le recrutement d’un ingénieur conseil en charge des études et la supervision associées à la densification et l’exploitation du réseau de distribution de N’Djamena, Gueledeng et Bongor (Tchad)

Contexte :

Introduction :

Le futur projet régional d’interconnexion entre le Cameroun et le Tchad doit permettre (i) de réaliser des échanges d’énergie avec le transfert de l’énergie hydraulique de Cameroun vers le Tchad afin de diminuer la production locale plus coûteuse (ii) d’optimiser le développement du secteur électrique de chacun des deux pays.

Cette interconnexion de NGaoundéré (Cameroun) à Gassi (Tchad) comprend des lignes biterne et monoterne à 225 kV en courant alternatif sur une longueur de 1 024km dont786 km au Cameroun et 238km au Tchad. L’interconnexion Cameroun-Tchad comprend aussi 3 postes HT/MT (Gassi,Guelendeg et Bongor). Le poste HT/MT de Gassi deviendra le poste source pour la distribution de la ville de N’Djamena à partir de l’interconnexion.

Cette interconnexion sera complétée par le raccordement des régions électriques du Cameroun RIS-RIN entre les postes de NGaoundere et de Nachtigal (Voir Annexe 1) qui est raccorde à la future centrale hydraulique de 420MW dont la mise en service est prévue en 2022.

Le projet de l’interconnexion Cameroun-Tchad est structuré autour de deux volets, à savoir le volet interconnexion des réseauxélectriques du Cameroun et du Tchad, et le volet électrification rurale le long des couloirs deslignes de transport. Ce projet de l’interconnexion est financé par la Banque Africaine de Développement, l’Union Européenne et la Banque Mondiale. Le raccordement RIS-RIN est finance par la Banque Mondiale.

Au Tchad, ce projet d’interconnexion est complété aussi par un autre projet national finance par la Banque Mondiale pour ladensification et l’exploitation du réseau de Distribution de N’Djamena (Tchad).Le réseau MT/BT de la zone urbaine de N’Djamena doit être mis à niveau avec des investissements prioritaires afin d’assurer la modernisation et l’extension du réseau de distribution et l’amélioration du suivi de la clientèle.

Les présents termes de référence sont établis en vue du recrutement d’un Consultant qualifié et compétent pour la réalisation des investissements pour la densification et l’exploitation du réseau de Distribution de N’Djamena (Tchad).

Conduite des activités :

La mise en place de ce programme au Tchad sera réalisée par une maitrise d’ouvrage unique pour l’ensemble des investissements.  La Maitrise d’Ouvrage de l’ensemble du programme a été confié à la Société Nationale d’Electricité du Tchad (SNE) qui sera l’organe d’exécution du projet. Dans ses attributions, la SNE est également en charge de la gestion du sous-secteur de l’électrification rurale.

Cette maitrise d’ouvrageuniqueconfiée à la cellule d’exécution de projet (CEP) de la SNEqui permettra d’assurer la cohérence technique de l’ensemble des investissements, de mettre en place et piloter un planning intégré des travaux (mais aussi des procédures de sauvegarde – voir ci-après) et d’assurer une meilleure coordination entre les différents acteurs impliqués.

Pour assurer cette mission de la mise en œuvre de l’ensemble du programme, la CEP SNE sera appuyée par le recrutement d’une Assistance à Maitrise d’Ouvrage (AMO) et de deux Ingénieurs Conseils pour la supervision des études et travaux comme illustre ci-dessous.

Figure 1 : Organigramme du fonctionnement du Projet au Tchad

  • Maîtrise d’Ouvrage SNE

La SNE créera en son sein une Cellule d’Exécution du Projet (CEP) qui assurera la coordination de toutes les activités du projet. Cette cellule sera dirigée par un Coordonnateur, Ingénieur Electricien avec une forte expérience en gestion de projets.

La CEP/SNE sera renforcée par des experts qui seront recrutés par appel à candidature ouvert. Cependant, le personnel de la SNE qui sera mis à la disposition de la CEP/SNE devra préalablement requérir l’approbation de la Banque. La CEP sera appuyée par les autres Directions de la SNE pour le traitement des questions d’ordre juridique, technique, économiques et financières ainsi que celles relatives à la communication et aux relations publiques. Un accent particulier sera mis sur le renforcement des capacités de la SNE dont les agents travailleront en collaboration avec ces experts pour un transfert de compétences par compagnonnage. Le Gouvernement fournira des locaux fonctionnels pour abriter la CEP et assurera la fourniture de l’eau et de l’électricité.

La CEP en appui avec l’AMO sera responsable de mener à bien les processus de passation des marchés, d’assurer la gestion des contrats, et la gestion financière du projet. Dans ce but, la CEP devra, entre autres :

  • Approuver tous les documents préparés par les Consultants qui seront recrutés pour des tâches spécifiques à la préparation du projet ;
  • Traiter les demandes de paiement des Consultants conformément au calendrier de paiement convenu ;
  • Superviser les activités de l’Ingénieur-conseil ;
  • Assurer le respect du calendrier et des coûts de mise en œuvre du projet ;
  • Examiner et donner son avis sur toutes les modifications techniques proposées ou motiver le refus d’une proposition ;
  • Soumettre les rapports périodiques aux parties prenantes et aux institutions financières concernées, sur l’avancement des travaux, les défis rencontrés et les questions en suspens ;
  • Superviser en collaboration avec l’Ingénieur-conseil, la réalisation des travaux jusqu’à la réception de chacun des ouvrages ;
  • Coordonner avec d’autres agences et services publics, les mesures nécessaires d’hygiène, de sécurité et de santé pour toutes les activités du projet ;
  • Traiter les demandes de paiement des entrepreneurs après leur approbation par l’Ingénieur-conseil et l’AMO;
  • Obtenir les autorisations nécessaires aux travaux de construction afin d’éviter les retards ;
  • Coordonner et suivre avec les autorités nationales et locales, la mise en œuvre du Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) et du Plan d’Action de Réinstallation (PAR).

La CEP sera attache à la Direction des Opérations qui a pour mission : le développement, la gestion et l’exploitation des ouvrages et équipements de production, de transport et de distribution sur le périmètre de la SNE :

  • Confectionner du budget annuel ainsi que du rapport d’activité de la direction des Opérations ;
  • Mettre sur place un plan de protection ;
  • Proposer à la hiérarchie un personnel qualifié pour les études, l’exploitation, et maintenance des ouvrages des productions, de transport et de distribution ;
  • Exécuter les instructions de la hiérarchie ;
  • Proposer à la hiérarchie des formations adaptées pour le personnel technique ;
  • Proposer à la hiérarchie les besoins de recrutement en accord avec les nécessités techniques ;
  • Informer la hiérarchie de tout dysfonctionnent ou urgence constaté ;
  • S’assurer de la sécurité du personnel exploitant
  • Réalisation de la cartographie des réseaux de transport et de distribution

Interfaces Ingénieur Conseil-AMO-CEP SNE :

La réussite du Projet dans son semble repose sur une définition claire et précise des rôles et des responsabilités de chacun des acteurs. La matrice de coordination de l’Annexe 5 définitle périmètre d’action et de responsabilité de l’Ingénieur Conseil, l’AMO et la CEP-SNE pour les différentes activités, étapes et taches du Projet.

Cette matrice sera mise à jour, complétée et finalisée lors de la négociation du contrat entre la SNE et le Consultant qui aura été sélectionné pour la mission de l’Ingénieur Conseil. Elle fera aussi partie du Manuel du Projet.

Réseau de Distribution de N’Djamena :

Le réseau de distribution de N’Djamena (voir Annexe 2) est alimenté à partir des postes transport 90/15 kV de la boucle 90 kV (postes de Garan-Goussou, de Lamadji, de Gassi et de N’Djamena), et se compose essentiellement des éléments suivants :

  • D’un réseau HTA ou MT d’environ 423 km en 15 kV qui assure la desserte des postes de distribution publics, mixtes et clients MT de la SNE ;
  • De deux (2) postes de répartition (T30 et T100) ;
  • De 475 postes MT/BT ;
  • D’un réseau Basse Tension (BT) d’environ 661 km qui assure la desserte de la clientèle BT à partir des postes HTA / BT.

Le nombre total d’abonnés à fin 2016 est de 75 389 (56 714 sur N’Djamena et 18 675 sur le territoire) avec un taux de facturation de 64,1%. En 2016 pour le service commercial le taux de pertes incluant les pertes techniques et commerciales a été calculé à 35,9%.

Les opérateurs du réseau de distribution ne possèdent pas d’un dispatching dédié pour connaitre les puissances injectées sur les départs 15 kV et réaliser une conduite du réseau selon les normes standard. En cas de surcharge les équipes en charge de la conduite procèdent alors à une reconfiguration des sous-réseaux 15 kV entrainant des délestages fréquents.  De plus le réseau n’est pas automatisé ce qui entraine une contrainte sur l’exploitation du réseau.

La nouvelle boucle de haute tension 90 kV amène une fiabilité d’exploitation HT de la ville de N’Djamena (Voir Annexe 2).

La SNE doit prendre en compte simultanément le développement de son réseau de distribution (uniquement 35% de la ville de N’Djamena est alimenté en électricité par la SNE), en même temps que le renouvellement de ses parties les plus anciennes, mais aussi améliorer sa maitrise de ce réseau.Sur N’Djamena, le réseau de distribution est surchargé (environ 20% des postes sont en surcharge ou proche de l’être) et très vétuste en ce qui concerne la BT.

En supplément des travaux d’extension et de modernisation du réseau, l’objectif sera aussi pour la SNE de rapidement renforcer ces moyens de gestion et d’études. A ce jour la SNE de dispose pas d’outils moderne de représentation et de gestion de son réseau ainsi que d’outils permettant d’évaluer les charges sur les lignes MT. De ce fait la SNE doit régulièrement procéder à des changements de fusibles et de câbles en raison de surcharge :

  • S’équiper d’un Système d’Information Géographique (SIG) permettant une gestion au jour le jour du réseau de distribution, des travaux mais aussi de réaliser des simulations sur les charges, les courants de court-circuit et les tensions ;
  • Réhabiliter le réseau BT et étendre le réseau MT. Ces travaux devront au préalable être accompagnés par un plan directeur pour le réseau de N’Djamena sur un horizon 2018-2030.

A l’issu de cette phase prioritaire, il sera possible à la SNE de passer d’une situation où l’électricien fournit une connexion pour tous à une situation où l’électricien fournit une énergie de qualité adaptée aux attentes de tous ses clients.

Pour cela, la SNE pourra initier le déploiement d’une solution SCADA/DMS/OMS pour laconduite du réseau de distribution de N’Djamena. Cette solution permettra à terme d’améliorer la conduite du réseau de distribution et la gestion des pannes et des interventions sur le réseau (système OMS). Néanmoins suite àl’audit réalisé par le consultant il apparait que cette solution devra pour amener les améliorations espérées être accompagné d’un plan d’automatisation du réseau de distribution et de la réalisation d’un programme de collecte des données électriques et clients afin de compléter la base de données du SIG.

Réseau de Distribution de Gueledeng et Bongor :

Le projet de l’Interconnexion Cameroun-Tchad comporte une composante Electrification Rurale de long de la ligne. Pour le Tchad, il a été identifié 69 localités qui seront considérées pour une électrification rurale. Ces localités le long de la ligne seront alimentées via les postes HT/MT/BT de l’interconnexion au Tchad (Gassi, Gueledeng et Bongor) par l’entremise de circuits 30 kV. Toutefois le projet ne prévoit pas la densification du réseau de distribution dans le périmètre des postes des Gueledeng et Bongor.

Il est donc envisager d’étudier l’extension et le renforcement des réseaux de distribution électriques dans les centres urbains, périurbains de ces deux villes Gueledeng et Bongor afin d’augmenter l’acces.

 

OBJECTIF DES TERMES DE REFERENCE :

Généralités :

Les présents termes de référence sont établis en vue du recrutement d’un Consultant qualifié et compétent pour la réalisation des études, de la contractualisation et la supervision des travaux investissements pour la densification et l’exploitation du réseau de Distribution de N’Djamena (Tchad).

Les investissements ont pour objectifs principaux de couvrir les 3 composantes suivantes :

  • Renforcement/Réhabilitation du réseau Transport et de Distribution de N’Djamena : l’objectif est le renforcement HT/MT afin de pouvoir créer des nouveaux points d’injection pour le réseau MT et la réhabilitation du réseau vétuste MT existant afin de réduire les pertes techniques et l’amélioration de la qualité de service ;
  • Extension et Densification du réseau de distribution de N’Djamena : l’objectif est l’extension et la densification du réseau MT/BT pour le raccordement de nouveau clients avec une réduction des pertes commerciales et une amélioration des performances de l’exploitation commerciale de la SNE ;
  • Renforcement Dispatching Distribution de N’Djamena : l’objectif est d’améliorer l’exploitation automatisée des postes MT/BT et la gestion du réseau de distribution de N’Djamena avec des outils avances de conduite SCADA/EMS. Ces investissements permettront d’améliorer la qualité de l’approvisionnement et de garantir la pérennité des investissements sur l’extension et la densification du réseau de distribution ;
  • Réseau Distribution de Gueledeng et Bongor : les objectifs de l’étude sont ’analyser l’extension et le renforcement des réseaux de distribution électriques dans les centres urbains, périurbains de ces deux villes Gueledeng et Bongorpour le raccordement de nouveau clients.

Les résultats des différentes études devront permettre entre autres définir un plan de financement optimal avec une hiérarchisation dans la priorisation des investissements (Urgent, Court Terme, Moyen Terme et Long Terme).Ce plan de financement devra être justifie vis-à-vis du respect des objectifs ci-dessus.

Détails de la prestation :

Cette prestation comprend plusieurs volets (1-Etudes, 2-Assistance pour l’adjudication des travaux, 3-Supervision) qui couvriront les études de faisabilité, la préparation des documents d’appel d’offre, l’évaluation des offres et l’adjudication des différents contrats et la supervision des études et travaux.

Les prestations du Consultant s’entendent jusqu’à la réception définitive des installations. Elles se décomposent comme suit :

  • Réalisation des APS/APD pour la justification des investissements ;
  • Préparation des DAOs des divers contrats ;
  • Assistance pour l’adjudication des travaux aux entreprises ;
  • Gestion générale du projet ;
  • Contrôle technique des études de d’exécution ;
  • Suivi et Contrôle de l’avancement des études et travaux ;
  • Traitement et coordination des interfaces entre constructeurs et des autres projets dont l’Interconnexion Cameroun-Tchad ;
  • Réunions d’échanges techniques avec les constructeurs ;
  • Reporting hebdomadaire et trimestrielle auprès de la CEP SNE ;
  • Réunions de pilotage trimestrielles ;
  • Avis sur les modes opératoires des constructeurs ;
  • Contrôle quantitatif des travaux supplémentaires ;
  • Contrôle quantitatif des jours d’arrêt de chantier ;
  • Assistance aux représentants de la CEP SNE pour les négociations de travaux supplémentaires ;
  • Assistance aux représentants de la CEP SNE pour les négociations de demandes de prolongation ;
  • Approbation de la facturation ;
  • Réception des équipements et matériels en usine ;
  • Supervision des travaux sur site ;
  • Supervision des aspects sauvegarde Environnementale et Sociale ;
  • Réception provisoire des travaux ;
  • Gestion du projet de réalisation dans son ensemble ;
  • Essais de mise en service des installations ;
  • Réception définitive des travaux.

D’une manière générale, le Consultant est responsable vis-à-vis de l’AMO et la CEP SNE de l’ensemble des activités de son ressort et de tous les Entrepreneurs impliqués dans le Projet. Les prestations du consultant comme Maîtrise d’Œuvre d’exécution ont pour objectif d’assurer le bon déroulement des travaux permettant d’aboutir à des ouvrages cohérents et fonctionnels, dans le respect de la qualité, des délais et des coûts déterminés dans les divers marchés d’exécution ainsi qu’à une mise en service efficace des ouvrages et installations du projet.

La mission du Consultant débutera avec les études APS et APD jusqu’à la réalisation de tous les marchés clé en main EPC de construction, de fourniture et de montage des projets. Ensuite, au cours de l’exécution des marchés, le Consultant sera désigné comme le Maître d’œuvre d’exécution du Projet auprès de la CEP SNE. Le Maître d’œuvre d’exécution agira en qualité de représentant de la CEP SNE lors de la réalisation des contrats qui seront exécutés pour la CEP SNE par les Entrepreneurs EPC.

Certains investissements ont déjà fait l’objet d’études APS. Pour ces investissements, il sera demandé au Consultant de réaliser une revue desdites études. A l’issue de ces revues, le Consultant réalisera les études complémentaires nécessaires en vue de la préparation des Dossiers d’Appel d’Offre.

 

Télécharger TDR

 

Postuler ici

 

Cliquez ici pour télécharger l'application Android et lire la suite de l'offre

Publiez votre CV et recevez directement les offres de votre profil par email

Cliquez ici pour recevoir la version PDF par mail.

Tweets

Publicité

Ils recrutent en ce moment