CV 696 | Inscrits 4901 | Recruteurs 80 | Offres 8201

Recherche par poste

Recherche par curriculum

Publiez une offre / Post a job

La CEA recrute un économiste, P4 – Kigali, Rwanda

Accueil » Offres » Avis de recrutement » La CEA recrute un économiste, P4 – Kigali, Rwanda

Publiez votre CV et recevez directement les offres de votre profil par email

Affichage: 34

Date de clôture : lundi 17 décembre 2018

La CEA recrute un économiste, P4 – Kigali, Rwanda

 

Intitulé publication:Economiste, P4
Intitulé code d’emploi:ECONOMIC AFFAIRS OFFICER
Département / Bureau:Commission économique pour l’Afrique
Lieu d’affectation:KIGALI
Période de candidature:04 décembre 2018 – 17 janvier 2019
No de l’appel á candidature:18-Economic Affairs-ECA-99357-R-Kigali (G)
Staffing ExerciseN/A

 

Cadre organisationnel :

Créée en 1958 par le Conseil économique et social de l’ONU comme l’une de ses cinq commissions économiques régionales, la CEA a pour mandat d’appuyer le développement socioéconomique de ses États membres, d’encourager l’intégration régionale et de favoriser la coopération internationale pour le développement de l’Afrique. Regroupant 54 États membres et agissant à la fois en tant qu’organisme régional des Nations Unies et en tant que composante clé du paysage institutionnel africain, la CEA est bien placée pour contribuer de façon exceptionnelle à la résolution des problèmes de développement du continent. Son objectif stratégique s’articule autour de la conception d’idées et d’actions en faveur d’une Afrique renforcée, inclusive et transformée, dans le cadre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 (Programme 2030) et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine, grâce à ses trois fonctions essentielles qui sont d’être un organe de réflexion, d’organiser des réunions et de mener des opérations.

Le poste est à pourvoir au Bureau sous-régional de la CEA en Afrique de l’Est, situé à Kigali (Rwanda).Le Bureau sous-régional pour l’Afrique de l’Est (BSR-EA) est basé à Kigali, au Rwanda et couvre 14 pays : le Burundi, Comores, République démocratique du Congo, Djibouti, l’Éthiopie, l’Érythrée, le Kenya, Madagascar, le Rwanda, les Seychelles, la Somalie, le Soudan du Sud, la Tanzanie et l’Ouganda .

 

Responsabilités

Sous la supervision du Directeur du Bureau sous-régional et sous la supervision directe du Chef du Groupe de l’intégration régionale et de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), le titulaire s’acquitte des fonctions ci-après :

Analyse économique et sectorielle :

  • Suivre l’évolution économique et commerciale et recenser les problèmes récurrents et nouveaux ;
  • Concevoir et mener des études sur certaines questions liées au développement économique, à l’intégration régionale et au commerce ;
  • Interpréter et appliquer les résultats de la modélisation économétrique pour analyzer des perspectives et des politiques économiques ;
  • Élaborer des projets de recommandations ;
  • Formuler des propositions de stratégies, de politiques et de mesures de développement inovatrices ;
  • Participer à des réunions internationales, régionales et nationales, afin de s’entretenir avec les représentants d’autres institutions ;
  • Organiser des réunions de groupes d’experts, des séminaires et d’autres manifestations sur les questions de développement ;
  • Préparer des discours et des contributions aux présentations du personnel de niveau supérieur.

Appui intergouvernemental :

  • Fournir un appui fonctionnel sur les questions économiques aux organes intergouvernementaux tels que les communautés économiques regionales et le Comité intergouvernemental d’experts (CIE) ;
  • Représenter l’unité administrative à des réunions internationales, régionales et nationales.

Coopération technique :

  • Concevoir et suivre les projets de coopération technique ;
  • Mener des missions dans les États membres, seul ou au sein d’une équipe, dans le cadre des activités de coopération technique de l’Organisation ;
  • Préparer des analyses mondiales, régionales, nationales ou sectorielles servant de base aux conseils fournis aux gouvernements sur les questions de développement économique ;
  • Animer des séminaires et des ateliers de formation à l’intention des responsables gouvernementaux et d’autres intervenants ;
  • Formuler les modalités techniques requises pour l’évaluation de projets de coopération technique.

Fonctions générales :

  • Aider les fonctionnaires moins expérimentés en supervisant leur travail et en leur fournissant des informations en retour sur le travail réalisé ;
  • Participer à des activités d’intérêt plus général, au sein de la Division ou avec d’autres divisions, afin de représenter les vues ou les intérêts de l’unité administrative ;
  • S’acquitter selon que de besoin d’autres tâches connexes, notamment diverses tâches administratives requises pour fournir les services attendus de l’unité ;
  • Entreprendre des activités de formation en cours d’emploi et autres, à l’intérieur et à l’extérieur de l’Organisation.

Ce travail suppose des contacts fréquents avec :

Le personnel du groupe/de la section¿; les homologues des autres organismes des Nations Unies et des autres organisations régionales ou internationales s’occupant de développement, les représentants des gouvernements, des milieux universitaires et des établissements de recherche.

Résultats escomptés :

Prépare des analyses qualitatives et quantitatives approfondies portant sur des questions d’intégration régionale et de commerce; formuler des propositions de politiques viables¿; recommander des activités de projet¿; élaborer des programmes pertinents d’analyse des questions de développement¿; encadrer et diriger ses collègues moins expérimentés.

 

Compétences :

Professionnalisme : Aptitude avérée à appliquer les théories et les concepts à différents secteurs du développement économique durable. Solide expérience dans le domaine du commerce international ou d’autres aspects de l’intégration régionale. Capacité à mener des recherches indépendantes sur des sujets économiques, de déterminer la pertinence, la validité et l’exactitude des données fournies par différentes sources. Aptitude à trouver des sources d’information et à les exploiter aux fins de la collecte de données. Tirer fierté de son travail et de ses réalisations¿; faire preuve de compétence professionnelle et de maîtrise du sujet¿; apporter à l’exécution de ses tâches la conscience et le souci d’efficacité voulus pour être en mesure d’honorer les engagements contractés, de tenir les délais impartis et d’obtenir les résultats escomptés¿; agir pour des motifs professionnels plutôt que personnels¿; persévérer face aux obstacles et aux difficultés¿; garder son calme dans les situations de crise. Prendre la responsabilité de tenir compte de la problématique hommes-femmes et d’assurer l’égale participation des femmes et des hommes dans toutes les activités.

Esprit d’équipe : Collaborer avec ses collègues afin d’atteindre les objectifs de l’Organisation¿; solliciter les apports, apprécier à leur juste valeur les idées et la compétence de chacun¿; être disposé à apprendre d’autrui¿; faire passer l’intérêt de l’équipe avant son avantage personnel¿; accepter les décisions finales du groupe et s’y plier, même si elles ne cadrent pas parfaitement avec sa position propre¿; partager les réussites de l’équipe et assumer sa part de responsabilité dans ses échecs.

Aptitude à planifier et organiser : Définir clairement des buts compatibles avec les stratégies convenues¿; hiérarchiser les activités et tâches prioritaires¿; modifier les priorités en fonction des besoins¿; prévoir suffisamment de temps et de ressources pour mener sa tâche à bien¿; tenir compte des risques et des imprévus dans la planification¿; suivre l’exécution des plans et les modifier s’il y a lieu¿; tirer le meilleur parti du temps dont on dispose.

 

Formation :

Diplôme universitaire du niveau de la maîtrise ou doctorat en économie ou dans une discipline apparentée. Un diplôme universitaire de premier cycle assorti d’une expérience professionnelle suffisante pourra, à défaut, être accepté.

Expérience professionnelle :

Au moins sept années d’expérience à des niveaux de responsabilité de plus en plus élevés dans les domaines de l’analyse et de la recherche économiques, de la recherche et de l’analyse se rapportant au commerce international, de l’élaboration de politiques ou dans des domaines connexes. Concevoir et mener des études sur des questions sélectionnées en matière de développement économique, d’intégration régionale et de commerce est un atout. Seules les années d’Expérience acquises après l’obtention du premier grade universitaire reconnu par l’ONU sont prises en compte.

Connaissances linguistiques

L’anglais et le français sont les langues de travail du Secrétariat de l’ONU. La maîtrise (écrite et orale) de l’une des langues de travail du Secrétariat de l’ONU, l’anglais ou le français, est exigée. La connaissance de l’autre langue est souhaitable.

Méthode d’évaluation

Les candidats qualifiés pourront être invités à une épreuve d’évaluation et à un entretien axé sur les compétences.

Notice spéciale

Le Secrétariat des Nations Unies est déterminé à atteindre la parité des sexes dans son personnel. Les femmes sont fortement encouragées à se présenter comme candidates à ce poste.

Pour ce poste, les personnes originaires des États Membres suivants, qui sont non représentés ou sous-représentés au Secrétariat de l’ONU au 30 septembre 2018, sont vivement encouragés à faire acte de candidature : Afghanistan, Andorre, Angola, Antigua-et-Barbuda, Arabie saoudite, Bahreïn, Bélarus, Belize, Brésil, Brunéi Darussalam, Cabo Verde, Cambodge, Chine, Chypre, Comores, Dominique, Émirats arabes unis, États fédérés de Micronésie, États-Unis d’Amérique, Fédération de Russie, Gabon, Grenade, Guinée équatoriale, Guinée-Bissau, Îles Marshall, Îles Salomon, Indonésie, Japon, Kiribati, Koweït, Lesotho, Libéria, Libye, Liechtenstein, Luxembourg, Monaco, Mozambique, Nauru, Norvège, Oman, Palaos, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Qatar, République arabe syrienne, République bolivarienne du Venezuela, République centrafricaine, République de Corée, République démocratique populaire lao, République islamique d’Iran, République populaire démocratique de Corée, Saint-Vincent-et les Grenadines, Sainte-Lucie, Samoa, Sao Tomé-et-Principe, Soudan du Sud, Suriname, Thaïlande, Timor-Leste, Turkménistan, Tuvalu, Vanuatu.

Les fonctionnaires sont soumis à l’autorité du Secrétaire général qui décide de leur affectation. Au fil de leur carrière, ils sont censés changer de fonctions périodiquement, conformément aux règles et procédures en vigueur.

Des antécédents impeccables du point de vue de l’intégrité et du respect des règles déontologiques sont indispensables.

 

Charte des Nations Unies

Aucune restriction ne sera imposée par l’Organisation à l’accès des hommes et des femmes, dans des conditions égales, à toutes les fonctions, dans ses organes principaux et subsidiaires. (Charte des Nations Unies – Chapitre III, Article 8). Le Secrétariat des Nations Unies est un espace non-fumeurs.

Aucun frais de dossier

L’ONU ne perçoit de frais à aucun stade du recrutement (dépôt ou traitement de la candidature, entretien, formation, etc.), et elle ne demande aucune information bancaire.

 

Cliquez ici pour télécharger l'application Android et lire la suite de l'offre

Publiez votre CV et recevez directement les offres de votre profil par email

Ce site est gratuit. Cliquez ici pour nous soutenir!

Publicité