CV 694 | Inscrits 4878 | Recruteurs 78 | Offres 8113

Recherche par poste

Recherche par curriculum

Publiez une offre / Post a job

OCHA recrute un Chef du Bureau des Affaires humanitaires, D1- N’Djamena, Tchad

Accueil » Offres » Avis de recrutement » OCHA recrute un Chef du Bureau des Affaires humanitaires, D1- N’Djamena, Tchad

Publiez votre CV et recevez directement les offres de votre profil par email

Affichage: 271

Date de clôture : vendredi 24 août 2018

OCHA recrute un Chef du Bureau des Affaires humanitaires, D1- N’Djamena, Tchad

 

Intitulé publication:Chef du Bureau des Affaires humanitaires, D1
Intitulé code d’emploi:HEAD OF OFFICE, HUMANITARIAN AFFAIRS
Département / Bureau:Bureau de la coordination des affaires humanitaires
Lieu d’affectation:N’DJAMENA
Période de candidature:10 août 2018 – 24 août 2018
No de l’appel á candidature:18-Humanitarian Affairs-OCHA-101661-R- (X)
Staffing ExerciseN/A

 

Cadre organisationnel

Ce poste est à pourvoir à la Division des opérations et de la mobilisation du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (BCAH), qui est le service du secrétariat de l’ONU chargé de rassembler les acteurs humanitaires afin d’assurer des interventions cohérentes en cas d’urgence. Le BCAH veille également à la mise en place d’un cadre permettant à chaque acteur de contribuer aux efforts d’intervention général. Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires a pour mission de mobiliser et de coordonner une action humanitaire efficace en partenariat avec les acteurs nationaux et internationaux afin de soulager la souffrance humaine en cas de catastrophes et d’urgences ; de promouvoir les droits des populations dans le besoin ; de promouvoir la préparation aux situations d’urgence et la prévention de ces situations et de faciliter des solutions durables.

Ce poste est à pourvoir au BCAH à N’Djamena, Chad. Le Chef de Bureau appuie le Coordonnateur résident et le Coordonnateur de l’action humanitaire des Nations Unies sous la direction générale du Directeur de la Division des opérations et de la mobilisation du Bureau de la coordination des affaires humanitaires.

Responsabilités

Dans les limites des pouvoirs qui lui sont délégués, et sous la direction et l’orientation générales du Directeur de la Division des opérations et de la mobilisation du Bureau, et en appui au Coordonnateur résident et au Coordonnateur de l’action humanitaire, le titulaire s’acquitte des fonctions ci-après :

I. Politique humanitaire

  1. Exercer les fonctions de conseiller principal auprès du Coordonnateur résident et du Coordonnateur de l’action humanitaire de l’ONU, de l’équipe de pays des Nations Unies et de l’équipe de pays chargée de l’action humanitaire sur les principes et initiatives humanitaires.
  2. Établir et entretenir le contact avec la communauté internationale afin de sensibiliser sur les questions humanitaires et de les promouvoir.
  3. Prendre des mesures visant à renforcer la coopération entre les acteurs de la communauté humanitaire sur les questions stratégiques à caractère interinstitutionnel et servir d’interlocuteur principal avec les partenaires gouvernementaux concernés.
  4. Conseiller et orienter le Coordonnateur résident et le Coordonnateur de l’action humanitaire de l’ONU, l’équipe de pays des Nations Unies et l’équipe de pays chargée de l’action humanitaire sur les initiatives à mener en vue d’une réforme humanitaire, y compris sur la coordination par groupe sectoriel, le financement humanitaire et autres, et leur fournir un appui à cet égard.

 

II. Programmation / coordination humanitaire

  1. Fournir un appui stratégique au Coordonnateur résident et au Coordonnateur de l’action humanitaire des Nations Unies dans l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi du plan de travail de la communauté humanitaire, solliciter et négocier des contributions avec les autorités compétentes, les organismes de l’ONU et les ONG entre autres.
    • Consulter régulièrement le Coordonnateur résident, le Coordonnateur de l’action humanitaire, les chefs des organismes et programmes des Nations Unies, les chefs de mission des ONG, le gouvernement et la communauté des donateurs sur tous les aspects adéquats de la mise en œuvre et de l’exécution des activités humanitaires, afin de garantir la cohérence et la rentabilité des structures de coordination locales, provinciales et nationales.
  2. Appuyer la planification, le suivi et l’évaluation des programmes humanitaires, faciliter l’intégration des enseignements tirés, des orientations stratégiques etc. dans les activités relatives aux interventions humanitaires.
  3. Promouvoir les meilleures pratiques dans la planification, l’intervention et l’évaluation humanitaire.
  4. Faciliter les efforts de mobilisation des ressources interinstitutions, y compris la fourniture d’une assistance internationale spécialisée afin de répondre aux urgences en cours, nouvelles ou émergentes.
  5. Développer, renforcer et maintenir des mécanismes de coordination efficaces avec l’équipe de pays chargée de l’action humanitaire et d’autres acteurs clés du secteur humanitaire.
  6. Mettre sur pied et administrer des systèmes de gestion de l’information permettant de dûment recenser les besoins et les interventions humanitaires, afin de contribuer aux efforts de coordination.
  7. Promouvoir et renforcer les passerelles entre les activités de suivi de la situation sur le terrain, de gestion de l’information et de coordination.
  8. Veiller à fournir en temps voulu une assistance adéquate au Coordonnateur résident et au Coordonnateur de l’action humanitaire, et (le cas échéant), aux équipes des Nations Unies pour la gestion des catastrophes (EGC) lors des situations d’urgence et des interventions en cas de catastrophes.
  9. Appuyer les efforts interinstitutions visant à renforcer la capacité des pays à gérer les interventions en cas de catastrophe naturelle.
  10. Fournir un appui fonctionnel et des directives aux institutions gouvernementales et aux organismes humanitaires locaux afin de renforcer la capacité des pays en matière de gestion des urgences et des catastrophes.
  11. Promouvoir le dialogue, les alliances régionales, l’échange de connaissances et le partage de ressources parmi les acteurs humanitaires nationaux, et, selon qu’il convient, régionaux, en matière de réduction des risques de catastrophe, de préparation aux situations d’urgence et d’intervention en cas de catastrophe.
  12. Promouvoir et diriger les processus de planification d’urgence en collaboration étroite avec l’EGC et les conseillers régionaux pour la réduction des catastrophes selon qu’il convient.
  13. Mettre sur pied des initiatives conjointes sur la gestion des catastrophes avec d’autres acteurs des Nations Unie et (le cas échéant) des acteurs régionaux, y compris des mécanismes d’alerte rapide.
  14. Sous la direction générale du Directeur de la Division des opérations et de la mobilisation, et en partenariat avec d’autres organes du BCAH, s’atteler à renforcer les réseaux et mécanismes régionaux en vue d’interventions rapides et efficientes face aux situations humanitaires naissantes.

 

III. Gestion du Bureau / Représentation du BCAH

  1. Exercer les fonctions de Chef de Bureau du BCAH sur les lieux d’affectation indiqués, superviser toutes les activités administratives et de programmation nécessaires au bon fonctionnement du bureau et des bureaux auxiliaires du BCAH, et rendre compte de l’utilisation des ressources et des résultats obtenus.
  2. Diriger la planification du travail et les processus budgétaires ; appuyer la mobilisation des ressources et en assurer une bonne gestion financière.
  3. Superviser régulièrement et efficacement le personnel du BCAH, notamment l’encadrer, le gérer, le former et en assurer le perfectionnement ; encourager l’esprit d’équipe et la communication parmi le personnel et renforcer les liens entre le personnel de terrain et les bureaux régionaux et du Siège.
  4. Promouvoir le mandat, les objectifs et les outils du BCAH dans la région dont il a la charge en établissant le contact avec le gouvernement, les missions diplomatiques, les organismes des Nations Unies, les organisations non gouvernementales et les médias.
  5. Veiller à ce que le Bureau produise en temps voulu des travaux de grande qualité, y compris, entre autres, des programmes de travail complets, des comptes rendus de situation concis et concrets, des documents analytiques et des produits d’information complets et fondés sur des données factuelles.
  6. S’acquitter de toutes autres tâches qui pourraient lui être confiées par le Coordonnateur résident et le Coordonnateur de l’action humanitaire ou le Directeur de la Division des opérations et de la mobilisation.

Compétences

PROFESSIONNALISME : Connaissances approfondies des questions humanitaires complexes et multidimensionnelles, et vaste expérience des opérations humanitaires et de secours d’urgence ; aptitude à conseiller le Coordonnateur résident, le Coordonnateur de l’action humanitaire et l’équipe dirigeante du Bureau de la coordination des affaires humanitaires sur les approches tactiques et les techniques à adopter face à des questions humanitaires sensibles et complexes ; aptitude à établir des rapports et des documents sur des questions techniques, ainsi qu’à étudier et à adapter des documents établis par les collaborateurs. Excellente compréhension des mandats institutionnels, des politiques et des principes directeurs relatifs aux affaires humanitaires, ainsi que des organismes du système des Nations Unies, en particulier du mandat, des politiques fondamentales et des principes humanitaires directeurs du BCAH ; connaissance du mandat institutionnel, des politiques et des procédures organisationnelles du BCAH ; compréhension des politiques fondamentales et des principes directeurs de l’ONU relatifs aux affaires humanitaires internationales. Aptitude à appliquer les règles, procédures, politiques et directives de l’Organisation dans les situations de travail. Tirer fierté de son travail et de ses réalisations ; faire preuve de compétence professionnelle et de maîtrise du sujet ; apporter à l’exécution de ses tâches la conscience et le souci d’efficacité voulus pour être en mesure d’honorer les engagements contractés, de tenir les délais impartis et d’obtenir les résultats escomptés ; agir pour des motifs professionnels plutôt que personnels; persévérer face aux obstacles et aux difficultés ; garder son calme dans les situations de crise.

APTITUDE À PLANIFIER ET À ORGANISER : Définir clairement des buts compatibles avec les stratégies convenues ; hiérarchiser les activités et tâches prioritaires ; modifier les priorités en fonction des besoins ; prévoir suffisamment de temps et de ressources pour mener sa tâche à bien ; tenir compte des risques et des imprévus dans la planification ; suivre l’exécution des plans et les modifier s’il y a lieu ; tirer le meilleur parti du temps dont on dispose.

Sens des responsabilités : Assumer toutes ses responsabilités et honorer ses engagements ; livrer les produits dont on a la responsabilité dans les délais et au coût prévus, en se tenant aux normes de qualité ; se conformer aux règles et procédures de l’Organisation ; soutenir ses subordonnés, les encadrer et assumer la responsabilité des tâches qui leur sont déléguées ; prendre personnellement la responsabilité de ses propres erreurs et, le cas échéant, de celles de son service.
Compétences en matière d’encadrement :

SÛRETÉ DE JUGEMENT/APTITUDE À DÉCIDER : Discerner les éléments clefs dans les situations complexes et aller rapidement au cœur du problème ; recueillir toute l’information nécessaire avant de prendre une décision ; s’interroger sur l’incidence à la fois bénéfique et préjudiciable que les décisions peuvent avoir avant de se déterminer ; ne prendre de décisions qu’après en avoir mesuré les conséquences pour autrui et pour l’Organisation ; ne proposer des lignes d’action ou formuler de recommandations qu’en toute connaissance de cause ; vérifier les hypothèses en les confrontant aux faits ; s’assurer que les dispositions qu’il est envisagé de prendre répondent aux besoins explicitement ou implicitement exprimés ; savoir prendre des décisions douloureuses quand les circonstances l’exigent.

QUALITÉS DE CHEF : Servir de modèle à son entourage : armer chacun des membres de son équipe des atouts nécessaires pour atteindre les objectifs visés ; s’employer avec dynamisme à mettre au point les stratégies opérationnelles requises ; établir et entretenir des relations très diverses afin de comprendre les besoins et de s’assurer des appuis ; prévoir les conflits et s’efforcer de les résoudre à l’amiable ; s’investir dans le changement et le progrès ; ne pas se cantonner dans le statu quo ; avoir le courage de prendre des positions impopulaires. Fournir des directives et prendre la responsabilité de transversaliser la problématique hommes-femmes et d’assurer l’égale participation des femmes et des hommes dans toutes les activités ; faire la preuve d’une bonne connaissance des stratégies visant à équilibrer les effectifs masculins et féminins et manifester la volonté d’atteindre cet objectif.

Formation

Diplôme universitaire du niveau du master dans le domaine de l’administration publique ou des entreprises, de la finance, de la comptabilité, du droit, des sciences sociales, des affaires internationales, des sciences politiques ou dans toute autre discipline apparentée. À défaut, un diplôme universitaire de premier cycle assorti de deux années supplémentaires d’expérience pertinente.

Expérience professionnelle

Au moins quinze années d’expérience professionnelle, à des niveaux de responsabilité de plus en plus élevés, dans la coordination des secours en cas de catastrophe, l’assistance humanitaire, la gestion des ressources humaines, l’administration, la logistique, la gestion financière, le budget ou dans tout autre domaine connexe. Cinq années d’expérience au niveau international, dont deux acquises sur le terrain sont exigées. Une expérience de l’encadrement et de la coordination des opérations de secours humanitaire acquise dans une situation d’urgence complexe ou dans le cadre d’une catastrophe naturelle est exigée. Une expérience de la gestion acquise à un poste de direction est également exigée. Une expérience acquise dans un contexte humanitaire au sein d’une organisation relevant du régime commun des Nations Unies ou d’une organisation internationale analogue est souhaitable.

Connaissances linguistiques

L’anglais et le français sont les deux langues de travail du Secrétariat de l’organisation des Nations Unies. Pour le poste faisant l’objet du présent avis, la maîtrise de l’anglais et du français est indispensable. La connaissance d’une autre langue officielle de l’Organisation des Nations Unies est souhaitable.

Méthode d’évaluation

Les candidats qualifiés pourront être invités à participer à une évaluation, puis, éventuellement, à un entretien axé sur les compétences.

Notice spéciale

Ce poste est financé pour une durée limitée d’un an qui pourra être prolongée. L’engagement ne sera prolongé que si le mandat de l’entité est prorogé et si les fonds nécessaires sont disponibles. Les fonctionnaires sont soumis à l’autorité du Secrétaire général, qui décide de leur affectation. Au fil de leur carrière, ils sont censés changer de fonctions périodiquement, conformément aux règles et procédures en vigueur.

Le Secrétariat de l’ONU recherche un équilibre égalitaire de ses effectifs masculins et féminins. Les candidatures féminines sont vivement encouragées.

Des antécédents impeccables du point de vue de l’intégrité et du respect des règles déontologiques sont indispensables.

Charte des Nations Unies

Aux termes du paragraphe 3 de l’Article 101 de la Charte des Nations Unies, la considération dominante dans le recrutement du personnel doit être la nécessité d’assurer à l’Organisation les services de personnes possédant les plus hautes qualités de travail, de compétence et d’intégrité. Aucun candidat ne sera pris en considération par l’ONU s’il s’est rendu coupable de violation du droit international des droits de l’homme ou du droit international humanitaire, d’exploitation sexuelle, d’atteinte sexuelle ou d’infraction autre qu’une infraction mineure au code de la route, ou s’il existe des motifs raisonnables de croire que le candidat a été impliqué dans la commission de l’un de ces actes. L’expression « exploitation sexuelle » désigne le fait de profiter ou de tenter de profiter d’un état de vulnérabilité, d’un rapport de force inégal ou de rapports de confiance à des fins sexuelles, y compris mais non exclusivement en vue d’en tirer un avantage pécuniaire, social ou politique. L’expression « atteinte sexuelle » désigne toute intrusion physique à caractère sexuel commise par la force, sous la contrainte ou à la faveur d’un rapport inégal, ou la menace d’une telle intrusion.

Sera dûment prise en considération l’importance d’un recrutement effectué sur une base géographique aussi large que possible. Aucune restriction ne sera imposée par l’Organisation à l’accès des hommes et des femmes, dans des conditions égales, à toutes les fonctions, dans ses organes principaux et subsidiaires. Le Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies est un espace non-fumeurs.

Les candidats sont invités à respecter scrupuleusement toutes les instructions disponibles sur la plateforme de recrutement en ligne Inspira. Pour des informations plus détaillées, ils ou elles peuvent consulter le manuel d’instructions pour le candidat, en cliquant sur le lien hypertexte « Manuels » sur le côté supérieur droit de la page d’accueil de leur compte Inspira.

Les candidatures feront l’objet d’une évaluation et d’un examen préalables sur la base des informations soumises conformément aux critères d’évaluation de l’avis de vacance de poste et aux dispositions législatives internes applicables de l’Organisation des Nations Unies, notamment la Charte des Nations Unies, les résolutions de l’Assemblée générale, le Statut et le Règlement du personnel, les textes administratives et les directives. Les candidats doivent fournir des informations exhaustives et précises conformément aux instructions fournies sur la plateforme Inspira. Une fois la candidature envoyée, aucune modification, suppression ou révision, ni aucun ajout ou changement ne pourra être fait. Il sera procédé à une vérification des références des candidats faisant l’objet d’une attention particulière pour s’assurer de l’exactitude des renseignements qu’ils ont fournis dans leur candidature.

Les avis de vacance de postes publiés sur le Portail des carrières sont retirés à 11:59 p.m. (heure de New York), le jour de la date limite de dépôt des candidatures.

Aucun frais de dossier

L’ONU NE PERÇOIT DE FRAIS À AUCUN STADE DU RECRUTEMENT (DÉPÔT OU TRAITEMENT DE LA CANDIDATURE, ENTRETIEN, FORMATION, ETC.), ET ELLE NE DEMANDE AUCUNE INFORMATION BANCAIRE.

Postuler ici

 

 

Cliquez ici pour télécharger l'application Android et lire la suite de l'offre

Publiez votre CV et recevez directement les offres de votre profil par email

Ce site est gratuit. Cliquez ici pour nous soutenir!

Publicité