CV 1099 | Recruteurs 154 | Offres 21064

Recherche par poste

Recherche par curriculum

Publiez une offre / Post a job

Unicef recrute un Consultant(e) international(e) pour la révision de la politique nationale de nutrition à Djibouti

Accueil » Offres » Avis de recrutement » Unicef recrute un Consultant(e) international(e) pour la révision de la politique nationale de nutrition à Djibouti

Publiez votre CV et recevez directement les offres de votre profil par email

Unicef recrute un Consultant(e) international(e) pour la révision de la politique nationale de nutrition à Djibouti

 

Postuler ici

 

Contexte :

Djibouti est un pays de la corne de l’Afrique avec une population estimée à 965 598, dont environ 40% sont des enfants de moins de 18 ans. Des efforts significatifs ont été faits entre 2002 et 2012, ce qui a conduit à une réduction de la mortalité infanto-juvénile passant de 127 en 2002 à 67,8 en 2012 pour 1000 naissances vivantes (PAPFAM 2012). Différentes formes de malnutrition contribuent directement ou indirectement à près de 35% de tous les décès parmi les enfants de moins de 5 ans. Selon les resultats de l’enquête SMART 2013, la malnutrition est un problème majeur de santé publique à Djibouti.  Ainsi, de 2010 à 2013, la prévalence de la malnutrition aigüe globale (MAG) est passée de 10% à 17,8%. Partout dans le pays, les taux de MAG dépassent le seuil critique de l’OMS (15%) exception faite pour les régions d’Arta et de Dikhil qui, elles aussi, ne sont pas loin de ce seuil (14,8 et 14,7%, respectivement). Le pic est atteint dans la région d’Obock, où 25,7% des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë. Le phénomène est plus préoccupant aussi bien dans les zones urbaines que dans les zones rurales (18,6 contre 16,8%). Les garçons sont plus touchés que les filles (19,3% contre 16,2%). Quant à la part de la malnutrition aigüe sévère (MAS) – la forme la plus meurtrière – le pays a enregistré une augmentation inquiétante, passant de 1,2% en 2010 à 5,7% en 2013. Toutes les régions du pays enregistrent des taux inquiétants. Son taux varie de 2,1% dans la région de Tadjourah à 6,9% dans la zone périurbaine de Balbala. Dans toutes les autres régions du pays, les taux dépassent 3% avec 5,9% à Ali-Sabieh, 5,7% à Obock et 4% à Arta. Actuellement, plus de 90% des cas de MAG ont accès à des établissements de santé, même si la qualité de cette prise en charge reste un problème. La prévalence de la malnutrition chronique à Djibouti est également très élevée, atteignant 29,7% des enfants de moins de 5 ans. Obock est de nouveau la région la plus touchée, avec 45,9% des enfants atteints, mais aussi les régions de Dikhil et Tadjourah dont le taux dépasse le seuil critique de 40% établi par l’OMS avec des taux de 44,2 et 40,8% respectivement. Pour le retard de croissance, la situation est beaucoup plus critique dans les zones rurales, où 40,2% des enfants souffrent de malnutrition chronique contre 25,4% dans les zones urbaines. Encore une fois, en moyenne, les garçons sont plus touchés que les filles (32,1% contre 27,2%).

 

Justification :

À Djibouti, alors que des efforts massifs sont en cours pour ameliorer l’état nutritionnel des enfants et des femmes à travers un investissement significatif dans la prévention et le traitement de la malnutrition aiguë chez les femmes enceintes, allaitantes et les enfants de moins de 5 ans, les orientations politiques dans le domaine de la nutrition reste encore très limitées au secteur de la sante, avec une faible implication des autres secteurs pourtant indispensables dans la reduction de la malnutrition dans le pays. Bien qu’un document stratégique couvrant les actions à mener pour adresser les différentes formes de malnutrition a été élaboré en 2018, sa mise en œuvre reste encore embryonnaire. En outre, les documents normatifs notamment le document de politique national de nutrition élaboré en 2006 ne reflète pas l’engagement du gouvernement exprime dans le document de Vision 2035 (Faim Zéro dans le pays) et par conséquent nécessite d’être mis à jour pour definitivement intégrer l’ensemble des recommandations nationales et internationales de lutte contre la malnutrition, et aussi de prendre en compte la dimension multi-sectorielle indispensable pour un bon progrès dans l’élimination de la faim et du retard de croissance dans le pays. A ce titre, l’UNICEF, en collaboration avec les autres partenaires clés de la lutte contre la malnutrition dans le pays (PAM, OMS, FAO, Banque Mondiale, USAID…) a été sollicité par le Ministère de la Sante pour supporter une consultation visant à réviser la Politique National de Nutrition.

 

Objectif :

L’objectif général de cette consultation est, en partant des données de malnutrition actualisées dans le pays, réviser la politique nationale de nutrition de Djibouti pour l’aligner non seulement aux strategies et orientations normatives de l’OMS et du Mouvement Global pour la Nutrition (SUN) au niveau international, mais surtout l’orienter vers une approche multi-sectorielle cadrant avec la Vision 2035 de « Faim Zéro » et de de « Zéro retard de croissance » préconisée par le gouvernement de Djibouti.

Les objectifs spécifiques sont :

  • Identifier et analyser l’environnement politique et stratégique, ainsi que les plans d’actions existants relatifs à la nutrition des mères, des nourrissons et des jeunes enfants – spécifiquement les interventions ciblant les 1000 premiers jours de la vie de l’enfant et le cycle de la vie en général.
  • Évaluer l’efficacité des mécanismes et dispositifs institutionnels et structurelles de la coordination de la nutrition et proposer les ajustements nécessaires à prendre en compte dans la nouvelle politique nationale de nutrition.
  • Examiner les investissements du secteur public et des donateurs dans les interventions ciblant la sécurité nutritionnelle et leur impact sur l’équilibre optimal entre les interventions spécifiques et les interventions sensibles à la nutrition et proposer des réaménagements nécessaires à prendre en compte.
  •  Identifier au sein des différents secteurs les opportunités pour intégrer les interventions à fort impact sur la nutrition et en assurer une intégration dans la politique nationale de nutrition.

 

Méthodologie :

Le consultant international devra exploiter de façon systématique les documents normatifs et génériques de l’OMS, UNICEF et toute autre agence scientifique réputée en vue d’élaborer un document spécifique national. Il devra procéder à une analyse de l’environnement politique, la gouvernance et la coordination dans le domaine de la nutrition dans le pays, ainsi que les processus de planification et budgetisation de la nutrition, tout en identifiant les gaps potentiels en termes de ressources humaines pour la mise en œuvre des interventions de nutrition dans le pays. Cette analyse devra couvrir également les aspects de suivi-évaluation des interventions avec un accent particulier sur les mécanismes de collecte, analyse et dissémination de l’information en vue d’orienter la prise des décisions en temps réel et approprie.

Le consultant devra faciliter des concertations multi-sectorielles et régionales pour recueillir les opinions et contributions de l’ensemble des parties prenantes dans la nutrition à Djibouti en vue d’aboutir à un document consensuel de politique national de nutrition reflétant les rôles et responsabilités des différents secteurs dans la lutte contre la malnutrition dans le pays, ainsi que les différents mécanismes de coordination multi-sectoriels nécessaires pour bien mener à terme la mise en œuvre de la politique nationale de nutrition. Les partenaires internationaux et nationaux, ainsi que les institutions nationales et internationales ayant des capacités avérées dans la nutrition à Djibouti seront consultées.

A l’issu de ces concertations, un draft de document de politique national de nutrition sera élaboré et par la suite enrichi avec les contributions de l’ensemble des départements techniques concernes (Ministère de la Sante, Ministère de l’Education, Ministère de l’Agriculture, Ministère des Affaires Sociales, Ministère de la Famille et de la Femme…), chacun intervenant sur les aspects relevant de ses compétences et expertise.

Le consultant entreprendra également des discussions bilatérales avec tous les secteurs intervenants dans la nutrition en vue de s’assurer de l’engagement effectif pour une politique nationale de nutrition intégrative et multisectorielle préconisant des axes strategiques et opérationnels en ligne avec les responsabilités sectorielles reconnues, approuvées et toujours selon les zones de compétence et d’expertise.

Finalement, le consultant facilitera un atelier de plaidoyer de haut niveau au cours duquel tous les départements ministériels concernes s’engageront formellement tous ensemble pour une mise en œuvre systematique de la nouvelle politique nationale de nutrition multi-sectorielle.

 

Livrables :

 

LIVRABLES

PERIODE

1.

Rapport de la revue documentaire et premier draft de la Politique Nationale de Nutrition

15 Sept. 2019

2

Rapport des concertations (régionales et nationale) sur le premier draft de Politique National de Nutrition

06 Oct. 2019

3

Draft consolide de la Politique Nationale de Nutrition et draft Plan d’Action Stratégique

24 Oct. 2019

5

Documents de Politique Nationale de Nutrition et Plan Stratégique de mise en œuvre valides.

31 Oct. 2019

 

Calendrier des activités :

Le consultant international, appuyé par un consultant national, sous la coordination technique du Ministère de la Santé (Programme National de Nutrition et Organe de Coordination de Nutrition) et de l’UNICEF, couvrira les activités et taches suivantes :

No

Activité

Livrable

Echéance

jours ouvrables

1

Faire la revue documentaire pour consolider les évidences sur la nutrition, les documents strategiques de la nutrition et les bonnes pratiques dans la lutte contre la malnutrition au niveau du pays et international

Rapport de la revue documentaire et premier draft de la politique nationale de nutrition

 

15 Sept.

 

 

11

2

Conduire et faciliter des discussions avec les différentes directions techniques au sein des ministères sectoriels concernes (Ministères de la Sante, de l’Agriculture, de l’Education, de la Solidarité, de la Femme et de la Famille), ainsi qu’avec les partenaires clés du secteur de la nutrition dans le pays (UNICEF, OMS, FAO, WFP, WB, HCR, USAID, Banque Mondiale…) sur les interventions et leurs implications en matière de la nutrition

 

 

 

 

 

 

Rapport des concertations (régionales et nationale) sur le premier draft de politique national de nutrition

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

06 Oct.

 

 

 

 

 

 

 

15

3

Faire une analyse des goulots d’étranglements (au niveau de l’environnement politique, stratégique et opérationnel) empêchant les progrès dans la lutte contre la malnutrition, tant au niveau national que dans chacune des cinq régions du pays, avec un accent sur les determinants de couverture (disponibilité des intrants nutritionnels, ressources humaines, acces géographique et financier aux services, acceptabilité des services, utilisation des services et couverture effective et adéquate des services), en comparaison aux standards et normes internationaux)

 

Rédiger un second draft préliminaire de la Politique Nationale de Nutrition (PNN) et son Plan d’Action Stratégique (PAS) présentant de manière compréhensive le paquet des interventions de nutrition par secteur conçu en vue d’adresser les problèmes nutritionnels rencontres dans le pays ;

 

 

 

Draft consolide de la politique nationale de nutrition et draft Plan d’Action Stratégique

 

 

 

24 Oct.

 

 

 

14

 

Faciliter les consultations bilatérales avec les différents secteurs sur le draft de la PNN et son PAS

 

Organiser un atelier de consolidation des contributions sectorielles pour produire le dernier draft de la PNN & PAS et le soumettre au groupe technique de coordination

 

Organiser et faciliter un atelier national de validation de la Politique Nationale de Nutrition et son Plan d’Action Stratégique

Documents de Politique Nationale de Nutrition et Plan Stratégique de mise en œuvre valides

 

31 Oct.

 

5

 

 

Total

45

 

Supervision :

Le chef de la section CSD assurera la supervision de cette consultation au niveau de l’UNICEF – conjointement avec l’Autorité Nationale de Nutrition (si déjà établie) et/ou le Programme National de Nutrition au sein du Ministère de la Santé.

 

Lieu de consultation et conditions de travail :

Le consultant sera basé à Djibouti avec des déplacements dans les régions suivants le calendrier des activités. Il devra disposer de ses propres équipements de travail. Le consultant utilisera les moyens logistiques de l’UNICEF uniquement pour les trajets en ville accompagnés du staff de l’UNICEF et pour les besoins de la consultation y compris pour les déplacements à l’intérieur du pays.

 

Rémunération :

L’offre financière couvrira les dépenses suivantes :

  • Les honoraires ;
  • Les indemnités journalières pour le séjour à Djibouti (incluant les frais de subsistance, hébergement, communications, déplacements dans la ville et sur le terrain, autres frais de reproduction). Le montant total dépendra du nombre de jours effectifs sur le terrain ;
  • Les billets aller-retour en classe économique sera à inclure dans la proposition du consultant. UNICEF s’assurera que le tarif donné est raisonnable par rapport au trajet.

 

Tout autre frais sera à la charge du consultant, notamment visa et vaccins. Le consultant devra fournir une preuve de sa couverture médicale le couvrant durant la mission.

 

Termes de paiement :

Le consultant sera payé à la soumission de factures relatives aux différents livrables, sous réserve de validation par le superviseur de la consultation.

 

Qualifications :

  • Consultant individuel international (les cabinets ne seront pas acceptés) ;
  • Au moins un Master en Nutrition, Sante Publique, Sciences Sociales ou tout autre domaine équivalent ;
  • Au moins 10 années d’experience professionnelle dans le domaine de nutrition et santé publique ;
  • Avoir une bonne experience dans l’élaboration des politiques nationales de nutrition dans un contexte similaire à celui de Djibouti ;
  • Une excellente connaissance et experience sur les défis nutritionnels dans la sous-région et dans le développement des politiques et strategies Nationales de nutrition ;
  • Une bonne capacité de facilitation et une bonne experience dans les concertations multi-sectorielles et multiples partenaires ;
  • Excellente maitrise du Français (parlé et écrit).

 

Advertised : E. Africa Standard Time
Applications close : E. Africa Standard Time

 

Postuler ici

Cliquez ici pour télécharger l'application Android et lire la suite de l'offre

Publiez votre CV et recevez directement les offres de votre profil par email

Cliquez ici pour recevoir la version PDF.

Publicité

Ils recrutent en ce moment