Programme de bourses de leadership et de plaidoyer pour les femmes en Afrique (LAWA) 2020/2021 pour des études à l’Université de Georgetown, États-Unis (financé)

 

Date limite d’inscription : vendredi 17 janvier 2020

 

La description :

Le programme de bourses de leadership et de plaidoyer pour les femmes en Afrique (LAWA) a été fondé en 1993 au Georgetown University Law Center à Washington, DC, afin de former des avocates africaines des droits humains qui se sont engagées à rentrer chez elles dans leur pays afin de faire progresser la condition des femmes et des filles dans leur propre pays tout au long de leur carrière. Plus de 80 défenseurs des droits humains des femmes du Botswana, du Cameroun, de l’Éthiopie, du Ghana, du Kenya, du Libéria, du Malawi, de la Namibie, du Nigéria, de la Sierra Leone, de l’Afrique du Sud, du Swaziland, de la Tanzanie, de l’Ouganda et du Zimbabwe ont participé au programme LAWA, et nous espérons inclure Boursiers de pays supplémentaires à l’avenir.

L’ensemble du programme de bourses LAWA dure environ 14 mois (de juillet de la première année à août de l’année suivante), après quoi les boursiers LAWA rentrent chez eux pour continuer à défendre les droits des femmes dans leur propre pays. Le programme LAWA débute en juillet, lorsque les boursiers suivent le cours Foundations of American Law and Legal Education du Georgetown Law Center.

 

Exigences :

Le programme LAWA aide à couvrir les frais des avocats des droits des femmes d’Afrique qui, autrement, ne pourraient pas se permettre une maîtrise en droit axée sur les droits internationaux des femmes et la formation supplémentaire en leadership. La LAWA Fellowship fournit les frais de scolarité pour les fondations du droit américain et du cours de formation juridique (un avantage de 5000 $ US) et pour le LL.M. diplôme (un avantage de 66 650 $ US) au Georgetown University Law Center, ainsi qu’une formation de perfectionnement professionnel.

Les candidats admis au programme LAWA doivent être prêts à couvrir tous les frais supplémentaires (tels que leurs visas, leurs déplacements, leur logement, les services publics, la nourriture, les vêtements, l’assurance maladie, les livres, etc.) et doivent être en mesure de démontrer à l’ambassade des États-Unis aux fins de visa qu’ils disposent des fonds nécessaires pour couvrir ces dépenses (environ 28 000 $).

En raison de l’intensité du programme LAWA et des études universitaires, les boursiers LAWA ont une capacité très limitée de travailler tout au long de la partie académique du programme. Elles doivent également affirmer qu’elles rentreront chez elles après la bourse LAWA et continueront de promouvoir les droits humains des femmes dans leur pays tout au long de leur carrière.

 

Postuler ici