Appel à communications du colloque annuel de la revue Politiques et Management Public

Capture d’écran 2021-10-08 à 10.26.50

Colloque annuel de la revue « Politiques et Management Public » – Jeudi 30 juin et vendredi 1er juillet 2022 – CNAM Paris. En partenariat avec Laboratoire Lirsa – Conservatoire National des Arts et Métiers.

« La relation Savoir-Pouvoir dans l’action publique face à l’incertitude ».

La date limite de dépôt des intentions de communication est reportée au 31 octobre 2021.

Le colloque est ouvert à tous travaux issus des sciences sociales et humaines utilisés dans le cadre des approches de la chose publique – qu’ils émanent d’universitaires ou de praticiens – pour des regards croisés entre le droit, l’économie, la gestion ou la sociologie….

Les intentions de communications peuvent être :

  1. Des papiers destinés à la publication sous forme d’articles ;
  2. Des idées présentées sous forme de diaporamas quel que soit leur degré d’avancement.

Date limite d’envoi des intentions (une page maximum) : 15 octobre 2021 (prolongée au 31 octobre)

Adresse d’envoi : [email protected]

Réponses avant le 15 décembre

Selon la coutume, toutes les communications scientifiques relatives au champ des politiques et du management public ont leur place lors de cette manifestation. Toutefois le comité scientifique du colloque encourage les chercheurs à présenter des communications portant plus particulièrement sur les questions suivantes :

  • Quelles  sont  les  conséquences  des  crises  non  seulement  dans  le  domaine  médical  ou environnemental et plus généralement dans la mise en œuvre de politiques publiques de toute nature et de tout domaine, ou dans la conduite des organisations publiques ?
  • Va-t-on assister à des tentatives de prévenir ou limiter les crises par un renforcement de l’opérationnalité du principe de précaution dont la manifestation la plus visible jusqu’à présent est son inscription dans la Constitution ?
  • Quel changement faut-il attendre dans l’action publique quant ă l’équilibre entre recherche d’efficacité et évitement du risque, quant ă la considération accordée dans le contrôle interne aux différents types de risques, comptable et financier, environnemental, de santé ?
  • Quelles incidences de la crise, et de l’incertitude majeure qui lui est associée, sont prévisibles quant aux différents types d’isomorphismes si souvent constatables dans l’action et la gestion publique ?   Importance   accrue   de « comment  font  les  autres »,  montée  des  normes professionnelles ou contextualisation plus grande de l’action publique ?
  • Va-t-on assister dans le domaine des sciences sociales mobilisées ou mobilisables pour l’action
    publique à un recours accru à des recherches factuelles plus développées ? Ou, au contraire, à
    une contestation plus forte de l’apport de ces recherches et/ou de leur position dominante ?
  • La position des gouvernants par rapport aux sciences sociales et à celles qui se veulent des sciences de l’action est-elle appelée à changer de façon significative tant pour la conception des politiques publiques que pour l’utilité de leur évaluation ex post ? Cela entrainera-t-il une réforme de fond de la formation des fonctionnaires ?

Ces intentions d’une page maximum devront comprendre :

  • Objectif, approche et méthode ;
  • Apports théorique, managérial et/ou sociétal ;
  • Mots-clés (5 maximum) et références bibliographiques (5 maximum).

Elles comporteront l’indication de la spécialité scientifique ou praticienne de l’auteur, ses coordonnées, son institution de rattachement et, si c’est le cas, son laboratoire de recherche.

Date limite d’envoi des articles complets (au format de la revue PMP) : 31 mai 2022

Le conseil scientifique, au vu des propositions de contribution, organisera les communications dans des ateliers
avec des discutants et une ou deux tables rondes offrant des dialogues entre universitaires et praticiens.

La revue PMP prévoit la parution d’un numéro spécial issu de ce colloque fin 2022. Des contributions pourront aussi être proposées à des revues pour les associer aux publications, dont la Revue Française d’ Aministration Publique (RFAP) qui a donné son accord.